Principal Autre Cycles d'affaires

Cycles d'affaires

Le cycle économique est le mouvement de va-et-vient périodique mais irrégulier de l'activité économique, mesuré par les fluctuations du produit intérieur brut (PIB) réel et d'autres variables macroéconomiques. Un cycle économique est généralement caractérisé par quatre phases (récession, reprise, croissance et déclin) qui se répètent dans le temps. Les économistes notent cependant que les cycles économiques complets varient en longueur. La durée des cycles économiques peut aller de deux à douze ans environ, la plupart des cycles ayant une durée moyenne de six ans. Certains analystes commerciaux utilisent le modèle et la terminologie du cycle économique pour étudier et expliquer les fluctuations des stocks commerciaux et d'autres éléments individuels des opérations de l'entreprise. Mais le terme « cycle économique » est encore principalement associé à des tendances commerciales plus larges (à l'échelle de l'industrie, régionales, nationales ou même internationales).

ÉTAPES D'UN CYCLE ÉCONOMIQUE

Récession

Une récession, parfois appelée creux, est une période d'activité économique réduite au cours de laquelle les niveaux d'achat, de vente, de production et d'emploi diminuent généralement. Il s'agit de l'étape la plus indésirable du cycle économique pour les propriétaires d'entreprise et les consommateurs. Une récession particulièrement sévère est connue sous le nom de dépression.



Récupération

Également connue sous le nom de reprise, la phase de reprise du cycle économique est le point auquel l'économie « s'épuise » et commence à se frayer un chemin vers une meilleure assise financière.



Croissance

La croissance économique est essentiellement une période d'expansion soutenue. Les caractéristiques de cette partie du cycle économique comprennent une confiance accrue des consommateurs, qui se traduit par des niveaux plus élevés d'activité commerciale. Étant donné que l'économie a tendance à fonctionner à pleine capacité ou presque pendant les périodes de prospérité, les périodes de croissance s'accompagnent généralement de pressions inflationnistes.

Déclin

Également appelée contraction ou ralentissement, une baisse marque essentiellement la fin de la période de croissance du cycle économique. Les baisses se caractérisent par une diminution des niveaux d'achats des consommateurs (en particulier de biens durables) et, par la suite, par une production réduite des entreprises.



FACTEURS QUI FAÇONNENT LES CYCLES COMMERCIAUX

Pendant des siècles, les économistes des États-Unis et d'Europe ont considéré les ralentissements économiques comme des « maladies » qui devaient être traitées ; il s'ensuit que les économies caractérisées par la croissance et la richesse sont considérées comme des économies « saines ». À la fin du XIXe siècle, cependant, de nombreux économistes avaient commencé à reconnaître que les économies étaient cycliques de par leur nature même, et les études se sont de plus en plus tournées vers la détermination des facteurs qui étaient principalement responsables de l'orientation et de la disposition des entreprises nationales, régionales et industrielles. économies spécifiques. Aujourd'hui, les économistes, les dirigeants d'entreprise et les propriétaires d'entreprise citent plusieurs facteurs comme particulièrement importants pour façonner le teint des environnements commerciaux.

Volatilité des dépenses d'investissement

Les variations des dépenses d'investissement sont l'un des facteurs importants des cycles économiques. Les dépenses d'investissement sont considérées comme la composante la plus volatile de la demande globale ou totale (elles varient beaucoup plus d'une année à l'autre que la composante la plus importante de la demande globale, les dépenses de consommation), et des études empiriques menées par des économistes ont révélé que la volatilité de l'investissement est un facteur important pour expliquer les cycles économiques aux États-Unis. Selon ces études, l'augmentation de l'investissement stimule une augmentation ultérieure de la demande globale, conduisant à l'expansion économique. Les baisses d'investissement ont l'effet inverse. En effet, les économistes peuvent souligner plusieurs points de l'histoire américaine où l'importance des dépenses d'investissement a été mise en évidence. La Grande Dépression, par exemple, a été causée par un effondrement des dépenses d'investissement à la suite du krach boursier de 1929. De même, la prospérité de la fin des années 1950 a été attribuée à un boom des biens d'équipement.

Plusieurs raisons expliquent la volatilité souvent observée dans les dépenses d'investissement. Une raison générique est le rythme auquel l'investissement s'accélère en réponse aux tendances à la hausse des ventes. Ce lien, appelé principe d'accélération par les économistes, peut être brièvement expliqué comme suit. Supposons qu'une entreprise fonctionne à pleine capacité. Lorsque les ventes de ses produits augmenteront, la production devra être augmentée en augmentant la capacité de l'usine grâce à de nouveaux investissements. Par conséquent, les variations des ventes se traduisent par des variations en pourcentage amplifiées des dépenses d'investissement. Cela accélère le rythme de l'expansion économique, ce qui génère des revenus plus importants dans l'économie, entraînant de nouvelles augmentations des ventes. Ainsi, une fois l'expansion commencée, le rythme des dépenses d'investissement s'accélère. Plus concrètement, la réponse des dépenses d'investissement est liée à la taux où les ventes augmentent. En général, si une augmentation des ventes augmente, les dépenses d'investissement augmentent et si une augmentation des ventes a atteint un sommet et commence à ralentir, les dépenses d'investissement diminuent. Ainsi, le rythme des dépenses d'investissement est influencé par les variations du rythme des ventes.



Élan

De nombreux économistes citent une certaine mentalité de « suivre le leader » dans les dépenses de consommation. Dans les situations où la confiance des consommateurs est élevée et où les gens adoptent des habitudes de dépenses plus gratuites, les autres clients sont également considérés comme plus susceptibles d'augmenter leurs dépenses. À l'inverse, les baisses des dépenses ont également tendance à être imitées.

Innovations technologiques

Les innovations technologiques peuvent avoir un impact important sur les cycles économiques. En effet, les percées technologiques dans les communications, les transports, la fabrication et d'autres domaines opérationnels peuvent avoir un effet d'entraînement sur l'ensemble d'une industrie ou d'une économie. Les innovations technologiques peuvent concerner la production et l'utilisation d'un nouveau produit ou la production d'un produit existant à l'aide d'un nouveau procédé. Les industries de l'imagerie vidéo et des ordinateurs personnels, par exemple, ont subi d'immenses innovations technologiques au cours des dernières années, et cette dernière industrie en particulier a eu un impact prononcé sur les opérations commerciales d'innombrables organisations. Cependant, les innovations technologiques — et les augmentations d'investissement qui en résultent — ont lieu à intervalles irréguliers. Les fluctuations des investissements, dues aux variations du rythme des innovations technologiques, entraînent des fluctuations d'activité dans l'économie.

patrimonio neto de diane lane 2018

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le rythme de l'innovation technologique varie. Les innovations majeures ne se produisent pas tous les jours. Ils n'ont pas non plus lieu à un rythme constant. Les facteurs aléatoires influencent grandement le calendrier des innovations majeures, ainsi que le nombre d'innovations au cours d'une année donnée. Les économistes considèrent les variations de l'innovation technologique comme aléatoires (sans schéma systématique). Ainsi, l'irrégularité du rythme des innovations dans les nouveaux produits ou procédés devient une source de fluctuations commerciales.

¿Qué tan alto es Ainsley Earhardt?

Variations des stocks

Les variations des stocks – expansion et contraction du niveau des stocks de biens détenus par les entreprises – contribuent également aux cycles économiques. Les stocks sont les stocks de biens que les entreprises conservent pour répondre à la demande de leurs produits. Comment les variations du niveau des stocks déclenchent-elles des changements dans un cycle économique ? Habituellement, lors d'un ralentissement des affaires, les entreprises laissent leurs stocks diminuer. À mesure que les stocks diminuent, les entreprises finissent par réduire leurs stocks au point d'en manquer. Ceci, à son tour, déclenche une augmentation des niveaux de stocks à mesure que les entreprises commencent à produire plus que ce qui est vendu, entraînant une expansion économique. Cette expansion se poursuit tant que le rythme d'augmentation des ventes se maintient et que les producteurs continuent d'augmenter leurs stocks au rythme précédent. Cependant, à mesure que le taux d'augmentation des ventes ralentit, les entreprises commencent à réduire leur accumulation de stocks. La réduction subséquente de l'investissement dans les stocks freine l'expansion économique et provoque finalement un ralentissement économique. Le processus se répète alors à nouveau. Il convient de noter que si les variations des niveaux de stocks ont un impact sur les taux globaux de croissance économique, les cycles économiques qui en résultent ne sont pas vraiment longs. Les cycles économiques générés par les fluctuations des stocks sont appelés mineur ou alors court cycles d'affaires. Ces périodes, qui durent généralement environ deux à quatre ans, sont parfois aussi appelées cycles d'inventaire.

Fluctuations des dépenses gouvernementales

Les variations des dépenses publiques sont encore une autre source de fluctuations de l'activité. Cela peut sembler une source peu probable, car le gouvernement est largement considéré comme une force stabilisatrice de l'économie plutôt qu'une source de fluctuations ou d'instabilité économiques. Néanmoins, les dépenses publiques ont été une force déstabilisatrice majeure à plusieurs reprises, en particulier pendant et après les guerres. Les dépenses gouvernementales ont énormément augmenté pendant la Seconde Guerre mondiale, entraînant une expansion économique qui s'est poursuivie pendant plusieurs années après la guerre. Les dépenses publiques ont également augmenté, mais dans une moindre mesure par rapport à la Seconde Guerre mondiale, pendant les guerres de Corée et du Vietnam. Ceux-ci ont également conduit à des expansions économiques. Cependant, les dépenses publiques contribuent non seulement aux expansions économiques, mais aussi aux contractions économiques. En fait, la récession de 1953-1954 a été causée par la réduction des dépenses publiques après la fin de la guerre de Corée. Plus récemment, la fin de la guerre froide a entraîné une réduction des dépenses de défense des États-Unis qui a eu un impact prononcé sur certaines industries et régions géographiques dépendantes de la défense.

Cycles économiques générés politiquement

De nombreux économistes ont émis l'hypothèse que les cycles économiques sont le résultat de l'utilisation à motivation politique de politiques macroéconomiques (politiques monétaires et fiscales) conçues pour servir les intérêts des politiciens candidats à une réélection. La théorie des cycles économiques politiques repose sur la conviction que les élus (le président, les membres du Congrès, les gouverneurs, etc.) ont tendance à concevoir des politiques macroéconomiques expansionnistes afin de faciliter leurs efforts de réélection.

Politiques monétaires

Les variations des politiques monétaires du pays, indépendamment des changements induits par les pressions politiques, ont également une influence importante sur les cycles économiques. Le recours à la politique budgétaire (augmentation des dépenses publiques et/ou réductions d'impôts) est le moyen le plus courant de stimuler la demande globale, provoquant une expansion économique. La Banque centrale, dans le cas des États-Unis, la Federal Reserve Bank, a deux objectifs législatifs : la stabilité des prix et le plein emploi. Son rôle dans la politique monétaire est essentiel à la gestion des cycles économiques et a également un impact important sur la confiance des consommateurs et des investisseurs.

Fluctuations des exportations et des importations

La différence entre les exportations et les importations est la demande étrangère nette de biens et de services, également appelée exportations nettes. Étant donné que les exportations nettes sont une composante de la demande globale dans l'économie, les variations des exportations et des importations peuvent également entraîner des fluctuations commerciales. Il existe de nombreuses raisons aux variations des exportations et des importations au fil du temps. La croissance du produit intérieur brut d'une économie est le déterminant le plus important de sa demande de biens importés : à mesure que les revenus des gens augmentent, leur appétit pour des biens et services supplémentaires, y compris des biens produits à l'étranger, augmente. L'inverse est vrai lorsque les économies étrangères sont en croissance : la croissance des revenus dans les pays étrangers entraîne également une augmentation de la demande de biens importés par les résidents de ces pays. Ceci, à son tour, entraîne une croissance des exportations américaines. Les taux de change peuvent également avoir un impact considérable sur le commerce international, et donc sur les cycles économiques nationaux.

VARIANTES DE CYCLE D'AFFAIRES, STAGFLATION ET REPRISE SANS EMPLOI

Les cycles économiques sont difficiles à anticiper avec précision, en partie à cause du nombre de variables impliquées dans les grands systèmes économiques. Néanmoins, l'importance du suivi et de la compréhension des cycles économiques a conduit à beaucoup d'études du sujet et de connaissances sur le sujet. C'était donc quelque peu surprenant lorsque, dans les années 1970, la nation s'est retrouvée coincée dans une période de conditions économiques apparemment contradictoires, de croissance économique lente et d'inflation en hausse. La condition a été nommée stagflation et a paralysé l'économie américaine du milieu des années 1970 au début des années 1980.

Un autre phénomène conjoncturel quelque peu inattendu s'est produit au début des années 2000. C'est ce que l'on a appelé la « reprise sans emploi ». Selon le Business Cycle Dating Committee du National Bureau of Economic Research, dans un rapport de la fin de 2003, « le pic économique le plus récent s'est produit en mars 2001, mettant fin à une expansion record qui a commencé en 1991. Le creux le plus récent s'est produit en novembre 2001, inaugurant une extension. Le problème avec l'expansion a été qu'elle n'a pas inclus une augmentation de l'emploi ou du revenu personnel réel, ce qui a été observé dans toutes les reprises précédentes.

Les raisons de la reprise du chômage ne sont pas entièrement comprises mais font l'objet de nombreux débats au sein des cercles économiques et politiques. Dans ce débat, il y a quatre principales explications que les analystes ont données pour la reprise du chômage. Selon une étude publiée dans Perspectives économiques à l'été 2004, ces quatre explications sont :

  • Un déséquilibre de la main-d'œuvre disponible par secteur.
  • L'émergence des pratiques de recrutement juste à temps.
  • Le coût croissant des prestations de soins de santé.
  • Une productivité en augmentation rapide qui n'est pas compensée par la demande globale.
  • Seuls le temps et une analyse plus poussée montreront lequel de ces facteurs, ou quelle combinaison de facteurs explique l'avènement d'une reprise sans emploi. Neil Shister, directeur éditorial du Le commerce mondial résume ainsi une discussion sur la reprise sans emploi : « Le coupable, c'est nous-mêmes. Nous sommes devenus considérablement plus productifs. Cette évaluation suggère qu'il faudra en savoir beaucoup plus sur les cycles économiques modernes avant de pouvoir à nouveau les anticiper et planifier leurs effets sur l'économie en général.

LES CLÉS D'UNE GESTION RÉUSSIE DU CYCLE D'AFFAIRES

Les propriétaires de petites entreprises peuvent prendre plusieurs mesures pour s'assurer que leurs établissements résistent aux cycles économiques avec un minimum d'incertitude et de dommages. Le concept de gestion de cycle gagne des adeptes qui conviennent que les stratégies qui fonctionnent en bas de cycle doivent être adoptées autant que celles qui fonctionnent en haut d'un cycle. Bien qu'il n'y ait pas de formule définitive pour chaque entreprise, les approches mettent généralement l'accent sur une vision à long terme axée sur les principaux atouts d'une entreprise et soulignant la nécessité de planifier avec une plus grande discrétion à tout moment. Essentiellement, des efforts sont déployés pour ajuster les opérations d'une entreprise de manière à ce qu'elle maintienne une quille égale à travers les hauts et les bas d'un cycle économique.

Voici quelques conseils spécifiques pour gérer les ralentissements du cycle économique :

  • Flexibilité—Le fait d'avoir un plan d'affaires flexible permet des temps de développement qui s'étendent sur l'ensemble du cycle et comprend diverses structures de financement résistantes à la récession.
  • Planification à long terme : les consultants encouragent les petites entreprises à adopter une position modérée dans leurs prévisions à long terme.
  • Attention aux clients—Cela peut être un facteur particulièrement important pour les entreprises qui cherchent à sortir d'un ralentissement économique. Maintenir des relations étroites et une communication ouverte avec les clients est une discipline difficile à maintenir dans les bons moments, mais elle est particulièrement cruciale au sortir des mauvais moments. Les clients sont les meilleurs indicateurs du moment où une entreprise est susceptible de commencer à se remettre d'un ralentissement économique.
  • Objectivité : les propriétaires de petites entreprises doivent maintenir un niveau élevé d'objectivité lorsqu'ils surmontent les cycles économiques. Des décisions opérationnelles basées sur des espoirs et des désirs plutôt qu'un examen sobre des faits peuvent dévaster une entreprise, surtout en période de ralentissement économique.
  • Étude : il est difficile de chronométrer toute action pour une reprise. Les conséquences d'un mauvais timing, d'être en avance ou en retard, peuvent être graves. Comment, alors, une entreprise trouve-t-elle le bon équilibre entre être en avance ou en retard ? Il est utile d'écouter les économistes, les politiciens et les médias pour avoir une idée de ce qui se passe. Le meilleur itinéraire, cependant, est d'éviter d'essayer de prédire la reprise. Au lieu de cela, écoutez vos clients et connaissez vos propres exigences en matière de temps de réponse.

BIBLIOGRAPHIE

Aaronson, Daniel et Ellen R. Rissman; Daniel G. Sullivan. 'Évaluer la reprise sans emploi.' Perspectives économiques . Eté 2004.

Arnold, Lutz G. Théorie du cycle économique . Oxford University Press, 2002.

Bonamici, Kate. « Pourquoi vous ne devriez pas avoir peur de la stagflation ». Fortune . 31 octobre 2005.

Hall, Robert et Martin Feldstein. Les procédures de datation du cycle d'affaires du NBER . Bureau national de recherche économique, 21 octobre 2003.

Hendrix, Craig et Jan Amonette. « Il est temps de déterminer votre cycle de commerce électronique ». Journal des affaires d'Indianapolis . 8 mai 2000.

Marshall, Randi F. « La stagflation est-elle de retour ? » Jour de l'actualité . 29 avril 2005.

Nardi Spiller, Christine. La dynamique de la structure des prix et du cycle économique . Affaires et économie, août 2003.

Shister, Neil. « Le commerce mondial et la « reprise sans emploi ». » Le commerce mondial . octobre 2004.

Walsh, Max. 'Goldilocks et le cycle économique.' Le Bulletin avec Newsweek . 7 décembre 1999.

cuando se casó kellin quinn